Samuel Eto’o, La renaissance du « 9 »

Featured Video Play Icon

Après une année difficile entre Everton et la Sampdoria de Gênes, Samuel Eto’o s’offre une nouvelle jeunesse depuis le début de l’exercice en Turquie, avec le promu Antalyaspor. Proche de la retraite, le Camerounais compte profiter pleinement de ses derniers moment dans le football. Et continuer de le marquer de son empreinte.
À 34 ans, Samuel Eto’o Fils n’a pas encore fini de marquer l’histoire du football. Après une triste demi-saison à la Sampdoria de Gênes (18 matches, deux buts en Serie A), qui faisait déjà suite à un début d’exercice manqué à Everton (14 matches, trois buts en Premier League), le triple vainqueur de la Ligue des Champions renaît de ses cendres cette année, à Antalyaspor, en Turquie. Arrivé libre cet été, l’ancien joueur du Barça et de l’Inter Milan a déjà inscrit sept buts lors de ses neuf premiers matches de Süper Lig, tout en s’imposant comme le leader naturel du club promu en première division turque à l’intersaison, actuellement 8e au classement.
Une belle réponse également de la part de l’international camerounais (117 sélections, 56 buts) aux observateurs qui le disaient fini et déjà en pré-retraite en Turquie. Au contraire, Eto’o, en énorme compétiteur qu’il est, prend toujours du plaisir à exercer sa profession, comme au premier jour. « Je prends toujours du plaisir à jouer. Le football n’a pas de mémoire, donc tant que vous avez la chance d’être là, il faut continuer à prouver que vous pouvez toujours faire pour le mieux. J’ai la même envie qu’au premier jour. Plus on se rapproche de la fin, plus on veut profiter de ces petits moments qui nous restent », assure le double champion d’Afrique sur les ondes de RMC.
Nouvelle figure du football turc, où évoluent également d’autres stars mondiales comme Wesley Sneijder, Robin van Persie, Nani, Lukas Podolski, Mario Gomez et anciennement son ami Didier Drogba, Samuel Eto’o a tenu à louer son nouveau coach, Yusuf Şimşek. Alors qu’il a officié sous les ordres des meilleurs techniciens durant sa carrière, de José Mourinho à Pep Guardiola pour ne citer qu’eux, Eto’o a rendu hommage à Şimşek, qu’il voit aller très loin. « J’ai un très bon entraîneur à Antalya. Il faut regarder cet entraîneur, je pense qu’il va écrire une belle partie de l’histoire du football », estime le Camerounais, proche de la retraite mais toujours aussi ambitieux. Et en matière de football, Eto’o sait de quoi il parle.
FOOTMERCATO

Facebooktwittergoogle_plusmail
Facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.