Le débat sur l’éducation sexuelle à l’école gagne le Cameroun

 

Le sexe à l‘école. Un débat qui agite actuellement la société camerounaise. Des Camerounais sont en effet eberlués par le contenu d’un manuel scolaire inscrit au programme des classes de 5e. Pour nombre de Camerounais, ce livre est une incitation aux déviances sexuelles.

 

Les défenseurs de cette thèse remettent en cause le vocabulaire et les images très explicites sur la sexualité mis en relief dans ce livre. Intitulé “L’excellence en Sciences”, le manuel cite formellement des tendances sexuelles telles que l’homosexualité, le cunnilingus, la zoophilie, l’inceste, la sodomie ou encore la fellation. A travers des exercices, les auteurs démontrent comment ces pratiques peuvent être dangereuses pour la santé, et interpellent les élèves sur les comportements à tenir. Un message certes mal perçu par nombre de Camerounais, mais qui n’a pas que des détracteurs.

 

Certains estiment en effet que l‘école devrait également servir à éduquer les enfants sur la sexualité, dans un monde qui change.

 

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Cameroun

@237online


Le gouvernement enseigne la sodomie aux enfants de 10 ans en 5e dans un livre consacré à « l’éducation sexuelle », on explique sodomie, cunnilingus et autre perversité du genre sous le prétexte de sensibiliser.
On leur enseigne qu’en sodomisant certains deviennent riches

Le précédent français

 

Hommes politiques et figures de la société civile se sont également exprimés sur le sujet, à l’image du candidat à la présidentielle du 7 octobre, Cabral Libii. Sur son compte Facebook, le candidat a notamment remercié “les lanceurs d’alerte dans les réseaux sociaux et dans la presse” et demandé “aux ministères concernés de répondre urgemment aux craintes des Camerounais”.

 

Pour l’heure, les autorités camerounaises sont restée inertes sur la question.

Le débat sur l‘éducation sexuelle à l‘école au Cameroun intervient en plein torrent sur un sujet similaire en France où les autorités sont accusées de vouloir enseigner des pratiques sexuelles comme la pédophilie dès la maternelle. Si le gouvernement a vite fait de démentir, preuves à l’appui, le débat reste houleux.

 

D’ailleurs, les Camerounais ont établi un parallèle étroit entre la présumée décision de la France d’enseigner le sexe à l‘école et l’initiative de leur gouvernement.

 

 

source: africanews.fr

Facebooktwittergoogle_plusmail
Facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.