Cameroun – Vidéo : les seins des adolescentes « repassés » à la puberté

Featured Video Play Icon

 

Cette coutume ancestrale consiste à masser les seins des jeunes filles avec des objets préalablement chauffés, pour faire brûler les graisses et freiner le développement de leur poitrine.

 

Un sujet tabou, moins connu que l’excision. Dans certains villages camerounais, les mères brûlent les seins de leurs filles, à peine entrées dans la puberté, pour les protéger des agressions sexuelles. La revue 6 mois publie cette semaine les photos d’Heba Khamis, qui a assisté à ce rituel archaïque.

On y découvre Veronica qui masse les seins de sa fille de 10 ans avec une pierre chaude, pour les rapetisser. Elle explique vouloir éloigner ainsi le regard des hommes et éviter à sa fille une grossesse précoce. À 28 ans, Veronica est déjà grand-mère, son aînée étant tombée enceinte à 15 ans.

 

La photographe Heba Khamis a également rencontré Winnie, qui s’est fait brûler les seins par sa grand-mère dès l’âge de 8 ans. Un jour, elle fuit dans les buissons pour éviter la séance. Son oncle l’y viole, en venant la chercher. Elle devient mère à 17 ans et ne peut pas allaiter à cause des séquelles physiques.

 

Cette pratique, connue comme « le repassage des seins », demeure un sujet sensible dans le pays. En 2012, près de 12% des Camerounaises en ont été victimes. C’est notamment le cas de Catherine Gisele Aba Fouda, une militante féministe de 28 ans. « À l’époque, c’était normal pour moi. C’était la tradition. Je n’aimais pas ma poitrine, je la voyais comme un problème dont je voulais qu’on me débarrasse », raconte-t-elle.

source : rtl

 

Facebooktwittergoogle_plusmail
Facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.