Cameroun : le gouvernement attribue l’assassinat d’agents de santé aux séparatistes

 

Selon le ministère camerounais de la santé, le meurtre d’agents de santé enregistré récemment dans la zone anglophone a été perpétré par des membres du mouvement séparatiste anglophone.

 

Selon le ministère camerounais de la santé, des agents de santé ont perdu la vie récemment dans la zone anglophone de l’ouest du Cameroun. Dans un message de condoléances rendu public et mis en ligne ce vendredi 17 août, le département de la santé affirme qu’il s’agit des chefs de centres de santé de Ngoh-Etu et de Kob dans le district de santé de Mbengwi et un agent de sécurité en poste dans un établissement sanitaire.

 

Public Health Minister attributes attacks on health personnel to Ambazonia fighters

The Minister suggests that nurses Nancy Azah and Njong Paddisco (a couple) killed in Mbengwi recently were victims of Ambazonia onslaughts.
The minister condemned the killings with strong terms.

Le document indique aussi qu’une infirmière a été blessée et qu’un centre de santé a été incendié. Des actes que l’institution attribue aux séparatistes anglophones. « Ces derniers jours, le secteur sanitaire a été victime des exactions odieuses et inhumaines perpétrées par des bandes armées du mouvement sécessionniste dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest du Cameroun », peut-on lire dans le document signé du ministre de la Santé, André Mama Fouda.

 

Des déplacés et des morts

 

Depuis son déclenchement en novembre 2016, la crise anglophone a déjà fait d’importants dégâts collatéraux. Si le nombre de séparatistes morts dans des affrontements avec la force publique n’est pas disponible jusqu’ici, plus de 84 agents des forces de sécurité et plus de 600 civils ont déjà péri du fait du conflit, selon des ONG.

Par ailleurs, quelque 160 000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences, selon l’ONU, et 74 994 se sont réfugiées au Nigeria, d’après l’Agence nigériane de gestion des urgences (SEMA).

Le gouvernement a récemment lancé un plan d’assistance humanitaire d’urgence d’environ 12 milliards de francs CFA (un peu plus de 18 millions d’euros) pour venir en aide aux personnes déplacées. Un plan qui pourrait devenir un coup d‘épée dans l’eau si gouvernement et séparatistes ne rassemblent pas tous les ingrédients nécessaires à une paix durable dans la zone anglophone.

source: africanews

Facebooktwittergoogle_plusmail
Facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.